Quelques dates

Quelques dates
La liste des dates importantes retraçant l'histoire de Magny-les-Hameaux.

Au 10e siècle

Construction du château dont les ruines s’élèvent derrière l’église actuelle.

12e siècle

La grande porte ouest de l’église Saint-Germain laisse supposer que la nef date de cette époque.
Eglise Saint-Germain et son cimetière

A la fin du 12e siècle

Magny appartient aux Seigneurs de Châteaufort.

1204

Fondation du futur bâtiment qui sera érigé, en 1214, en abbaye de Port Royal par Bouchard Ier.

1205-1585

Les seigneurs se succèdent à Magny : Bouchard Ier, Guy III de Lévis, Philippe Ier de Lévis, Louis de Marly, ...).

9 septembre 1665

Naissance, à Magny-les-Hameaux, de Jean-Marie Bourdier, fondateur de la Compagnie de Saint-Gobain.

14 septembre 1693

Les dames ursulines de Saint-Cyr deviennent, grâce à la générosité du Roi, acquéreurs de :

  • La terre et seigneurie du Rhodon,

  • La terre, fief et seigneurie de Gomberville et fief du Parc aux Chevaux, Villeneuve et Bouafle, situés dans la paroisse et châtellenie de Magny-Lessart, Châteaufort et seigneurie de Chevreuse,

  • La terre, chastel, chastellenie et seigneurie de grand et petit Magny-Lessart.

16-17 décembre 1711

Exhumation de corps et de coeurs du monastère de Port-Royal-des-Champs pour être inhumés dans l’Eglise Saint-Germain.
Port-Royal des Champs

18e siècle

Le Seigneur d’Aigrefoin, fait construire une chapelle de pèlerinage dédiée à Notre Dame de la Pitié à laquelle il donne son nom : Chapelle Lacoste.

1788

Magny-Lessart (ou encore Magny-L’Essart) devient Magny-les-Hameaux.

2 novembre 1789

Suivant la décision de l’assemblée constituante, les biens possédés à Magny par les dames de Saint-Cyr, et autres appartenant à des communautés ou à l’Eglise, furent déclarés biens nationaux et vendus dans la suite.

1855

La Mairie se trouve au premier étage de l’actuelle école Rosa Bonheur.

1884

La Mairie occupe la salle de gauche du pavillon où se trouve le logement de l’instituteur.

1900

Election, chaque année, d’une rosière.

1900

Albert Samain meurt à Magny-les-Hameaux, à l’âge de 42 ans.

1907

Création d’une cantine scolaire dans l’école Rosa Bonheur.

1910

Premier téléphone public installé dans la maison Langot, au village, face à l’Eglise.

1911

Premier recensement du siècle. Magny-les-Hameaux, compte 431 habitants.

1913

Première ligne électrique.

1920

Création de la ligne de cars entre Versailles-Chantiers et Saint-Rémy-lès-Chevreuse, via Cressely.

1934

Vente des terres de Cressely à des ouvriers de l’ouest parisien.

24 août 1944

Magny-les-Hameaux est libérée par les troupes françaises du Général Leclerc.

1945

Le hameau de Cressely commence à être électrifié.

1951

Ouverture du centre de recherche national météorologique.

1952

L’eau courante arrive à Cressely.

1957

Implantation à Brouessy du centre zootechnique de l’INRA.

1958

Bénédiction de la chapelle Marie Reine du Monde, chapelle construite pour les habitants du quartier de Cressely qui n’avaient jusqu’alors aucun lieux de culte proche.

1962

Création du Musée national des Granges de Port-Royal.
Musée national des Granges de Port-Royal

1968

Le recensement dénombre 1.519 habitants.

10 juillet 1970

Création des Villes Nouvelles par la Loi Boscher.

21 octobre 1970

Création de l’Agglomération Nouvelle de Saint-Quentin-en-Yvelines, avec la création de l’établissement Public d’Aménagement (EPA) de Saint-Quentin-en-Yvelines.

1971

Quelques hectares de la commune de Châteaufort sont rattachés à Magny-les- Hameaux dans le cadre de la construction de la ZAC du Buisson.

1972

On passe le cap des 2.000 habitants, le recensement dénombre 2455 habitants.

1973

Des armoiries pour Magny-les-Hameaux.

21 décembre 1973

Mise en place du Syndicat Communautaire d’Aménagement d’Agglomération Nouvelle (SCAAN), structure politique gérant la Ville Nouvelle de Saint-Quentin-en-Yvelines.

1973

Une partie de la Commune entre dans la Ville Nouvelle de Saint-Quentin-en-Yvelines.

1975

Création du premier centre de loisirs à Magny-les-Hameaux.

1976

6225 Magnycois habitent la Commune.

1977-1991

La Commune est placée sous tutelle financière de l’Etat.

1977

Suite aux élections municipales et à l’arrivée d’une municipalité de l’union de la gauche, une tentative de partition est engagée par certains habitants des hameaux. Une consultation de l’ensemble des Magnycois maintient l’unité de la Commune.

1979

Ouverture du collège Albert Einstein suite à une forte mobilisation des parents d’élèves, des habitants et de la municipalité.

1979

Le Gymnase Auguste Delaune, situé dans le quartier du Buisson, est construit.

18 décembre 1979

Permis de construire délivré pour la construction de La Poste, située rue des Ecoles Jean Baudin.

1981

Le seuil des 7025 Magnycois est atteint.

1983

Le Parlement vote le projet de loi, présenté par le Ministre du Plan Michel Rocard, qui modifie le fonctionnement des Villes Nouvelles. Désormais, les communes sont intégrées en totalité (ce qui n’est pas encore le cas de Magny-les-Hameaux) dans le périmètre de la Ville Nouvelle. Par ailleurs, la loi offre la possibilité à des villes d’adhérer ou non à une Ville Nouvelle.

1984

Le SCAAN devient SAN, Syndicat d’Agglomération Nouvelle. Son action se situe au niveau des équipements d’intérêt communautaire.

25 mars 1984

La totalité de Magny-les-Hameaux entre dans la Ville Nouvelle.

1985

Adhésion de Magny-les-Hameaux au Parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse.

1985

Inauguration du Stade Jacques Anquetil en présence de Jeannine Anquetil et de Raymond Poulidor.

1986

Création des deux premiers parcs d’activités : Gomberville et Magny-Mérantais.

1990

Ouverture d’un centre commercial dans ce qui deviendra le futur quartier Hôtel de Ville.

1990

Signature de la convention de quartier entre l’Etat, la Commune et le SAN.

1991

Création du pôle emploi.

1991

La météorologie nationale quitte Magny-les-Hameaux.

Juin 1992

logo 1992Nouveau logo pour Magny-les-Hameaux.
Le logo de 1992

12 janvier 1994

Le nouveau centre de loisirs ouvre ses portes au sein du Stade Jacques Anquetil. Il sera ultérieurement baptisé Henri Dès.

1994

Aménagement et mise en eau du bassin de retenu dans le quartier du Buisson.

1994

Signature du contrat ville entre l’Etat et la Commune.

19 novembre 1994

Première pierre du groupe scolaire Corot-Samain.

1995

8.697 habitants à Magny-les-Hameaux.

14 février 1995

Entrée en service de La Poste, située dorénavant rue Fraigneau. Elle proposera, quelques mois après, un nouveau service à la population : un distributeur automatique de billets.

27 janvier 1995

Départ en retraite de Monsieur Dubois, dernier garde-champêtre de Magny-les- Hameaux. La fin d’une époque...

1996

Affiliation du Centre Social et Administratif par la CAF.

1998

Ouverture de la Boutique de Quartier.

Avril 1998

Réhabilitation des abords du parking nord.

Juillet-Août 1998

Démolition de la salle Gérard Philipe.

Septembre 1998

Logo de 1998Création d’une nouvelle identité visuelle pour la Ville.
La nouvelle identité visuelle

Novembre 1998

Démolition du groupe scolaire Francis Jammes.

Novembre 1998

Ouverture d’une antenne de la Caisse Primaire d’Assurance Maladie, dans le Quartier du Buisson.

Mai 1999

Réhabilitation des collectifs de la Cure (soit 152 logements).

Mai 1999

Inauguration du centre de loisirs Henri Dès, en présence du chanteur.
Centre de loisirs Henri Dès

Septembre 1999

Première pierre du Gymnase Chantal Mauduit, célèbre alpiniste glaciériste décédée le 16 mai 1998, alors qu’elle tentait de gravir les pentes du Dhaulagiri, un des quatorze sommets de plus de 8.000 m de la chaîne de l’Himalaya.
Le gymnase Chantal Mauduit

Septembre 1999

Première Pierre de Nortel GSM Networks.

Mars 2000

Première pierre du Café-Culture, situé dans le Quartier du Buisson.

Septembre 2000

Un nouvel hôtel de ville.

Novembre 2002

Dédicace de l’église paroissiale Sainte Marie Reine du Monde ce 24 novembre, la chapelle de Cressely étant devenue le lieux de culte central pour l’ensemble de la paroisse de Magny-les-Hameaux

2005

Le SAN devient CA, Communauté d’Agglomération. Son action se situe au niveau des équipements d’intérêt communautaire.